RSF Blog - le blog du Répertoire de la Science Fiction

22 septembre 2014

Drift - Thierry Di Rollo

drift

Drift

De Thierry Di Rollo

Le Bélial - 352 pages

« Si tu comprenais d’un seul coup que tout ce foutoir n’était qu’une fuite en avant, que plus rien ne pourrait de toute façon être sauvé de ce soi-disant Grand Monde…
– C’est à dire ?
– Si MorneVille et toutes les autres cités poursuivaient leur mort lente, inévitable, si on était tous abandonnés à notre sort comme des chiens, tu vois ?
– Et que tout serait irrémédiablement fichu ?
– Oui, un peu dans cet ordre d’idées. Si on te le disait, qu’est-ce que tu ferais ? »
Carnaby fixe intensément Darker
« Je viendrais ici, me calerais dans ce fauteuil pourri et assisterais à l’apocalypse. En crevant comme tout le monde, certes, mais au moins en comprenant pourquoi.
– C’est une bonne réponse. »

Sur une Terre ravagée, les plus chanceux (traduire par riches) vivent sous dômes. Les moins chanceux survivent comme ils peuvent dans des cités-poubelles. Chassés le jour par les Diurnes chargés de réguler la population, ils se terrent dans des caves, abrutis de drogues (à côté de K. Beckin dealée dans ces cités poubelles, la krokodil c’est peanuts) pour ne sortir qu’à la faveur la nuit. Darker, lui, n’a peur de rien, ni de personne. Il brave le jour. Il brave les lois. Sa rapidité au tir lui permet de survivre. Il élève son ambiote, mante géante génétiquement modifiée alors que ces dernières sont réservées aux Diurnes et leur servent de montures. Il exécute des contrats en tous genres. Le dernier en date, récupérer Janus et Charon, deux chiens centenaires dont on dit qu’ils sont capables de détecter les tremblements de terre, le conduit à découvrir que le sort de la terre est définitivement scellé. Une partie de l’humanité a presque terminé la construction d’un vaisseau arche chargé de coloniser une lointaine planète, le Drift. L’embarquement imminent de ces privilégiés qui maîtrisent les infrastructures, l’économie et les services, bref qui régentent la société dans son ensemble, laissera le reste de la population à l’agonie. Agonie qui promet d’être violente mais rapide ceci-dit sans cynisme.

Darker s’apprête donc à finir ce qu’il pense être une courte vie dans un monde exsangue. Janus et Charon, rebaptisés Les Veilleurs, refusent de s’alimenter. Les Justes récupèrent donc Darker, seul à même d’assurer la survie des chiens nus. Le voila embarqué sur le Drift. A bord, la structure et la hiérarchie sociale n’est guère différente de celle qui existe sur Terre. Aux riches et aux puissants, le protocole de longévité nano-technologiques, douloureux, mais qui assure une presque immortalité. Aux techniciens et au menu fretin, le clonage avec, à chaque incarnation, une perte de souvenirs et d’identité. Quant aux pauvres, ils resteront sur une Terre à l’agonie, abandonnés de tous. Seuls les Justes seront sauvés par un Dieu miséricordieux baptisé Pouvoir. Bien entendu, il n’est pas question pour ces élus de tenter la moindre remise en cause, le moindre questionnement, sur les erreurs passées. Trouvons donc une nouvelle planète, un Éden, et recommençons à l’exploiter, le dépouiller et le souiller. La nature humaine dans toute sa splendeur, dans toute son inhumanité. Des hommes et des femmes sans conscience, assoiffés de toujours plus de pouvoir et de richesses, méprisant et asservissant leurs semblables, tuant, affamant, pillant sans vergogne. Un portrait bien sombre direz-vous ? Non. Même pas. Un portrait réaliste et sans concessions de ce que nous sommes, nous, les êtres humains, l’espèce qui se dit « la plus évoluée » de la planète.

Darker se retrouve donc sur le Drift, à subir un protocole de longévité qui lui assurera presque l'immortalité, et à quitter l'enfer pour... une planète ou nulle part, peu lui importe. Quel que soit son environnement, il ne se donne aucun but, aucun objectif et ne cherche aucun sens à la vie. Je ne suis pas sûre que la vie en ait un d’ailleurs ou qu’on puisse lui en trouver un : on naît, on vit, on meurt. On n’existe puis on n’existe plus. « Tout ce qui naît un jour contient sa propre fin » (p.195). Darker ne se révolte jamais, il se contente de survivre par tous les moyens, et la mort des autres en est un. Il accepte le fait qu'il n'a pas le choix. En fait Darker me donne l'impression d'être déjà mort. Et que nous sommes déjà morts. La différence entre Darker et nous ? Lui l'a compris et accepté. Nous pas.

Darker « encore plus noir que noir » porte bien son nom et, parfois, je me suis dit qu'il était la mort personnifiée. Rien ne le relie à la vie, ni le fantôme de celle qu’il a aimé, Kenny, ni son affection pour son ambiote, Surynate. Pourtant il poursuit son chemin. Résigné mais pas passif, il a décidé de choisir son moment et sa mort.

La narration alterne entre l’histoire immédiate de Darker et des flashbacks nostalgiques évoquant son enfance, son histoire avec Kenny, l'élevage de Surynate. Ce qui ressemble à des moments de bonheur, si tant est qu’on puisse être heureux dans un monde aussi moribond. J'ai retrouvé avec plaisir la plume précise, puissante et évocatrice de Thierry Di Rollo, cette plume découverte avec sa nouvelle « Pluies sombres » parue dans Bifrost n°68. J'ai particulièrement apprécié les excipit parfois glaçants, parfois angoissants mais toujours justes et percutants.

Oscillant entre post-apocalyptique, dystopie et space opera, Drift est un roman qui marque durablement le lecteur et dont les échos résonneront encore longtemps en moi.  

logo-summer-star-wars-II

Posté par Lhisbei à 17:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


21 septembre 2014

L'Éveil du Léviathan, Expanse T1 - James S. A. Corey

l eveil duu leviathanL'Éveil du Léviathan
Expanse T1

De James S. A. Corey

Actes Sud Exofictions - 640 pages

Avis de Monsieur Lhisbei

Jim Holden, second à bord du Canterbury, un transport de glace qui approvisionne les colonies de la ceinture d’astéroïdes, souhaite, après 7 ans comme officier au sein de la flotte terrienne, mener une petite vie tranquille et sans histoire. L’Histoire le rattrape le jour où il capte un message de détresse. Le Canterbury se détourne et Holden, accompagné de plusieurs membres de son équipage, part secourir le Scopuli. A bord, ils ne trouvent personne, mais un secret lourd de conséquence. En prime, ils assistent, impuissants, à la destruction du Canterbury par de mystérieux vaisseaux. Holden tente de prévenir l’ensemble du système solaire du danger. Il n’imagine pas que son message va déclencher la guerre. Dès lors, Holden avec ses compagnons Naomi, Alex, Shed et Amos sont seuls ou presque pour découvrir la vérité, stopper la guerre qui se dessine entre la Terre, Mars et la ceinture et sauver l’humanité.
De son coté l’inspecteur Miller travaille sur Céres. Bien que très bon, son caractère de cochon et son alcoolisme chronique – que son divorce n’a fait qu’amplifier – fait de lui un flic raté. Il se retrouve à faire équipe avec Havelock. Originaire de Mars, ce dernier s’adapte mal aux coutumes des Centuriens et se fait régulièrement brimer en raison de ses origines.
Miller et Havelock se voient confier la mission de retrouver Julie Mao, fille d’un riche industriel installé sur la Lune. Bien qu’il ne veuille pas de cette enquête, Miller va s’attacher aux pas de Julie et aller au bout, quelles que soient les conséquences. Son instinct lui dit que derrière cette disparation se cache bien plus de choses qu’une simple fugue.
Les destins d’Holden et de Miller vont se croiser. Ils sont trop différents pour s’apprécier ou devenir amis, mais, ensemble, ils peuvent sauver l’humanité, même si c’est au prix d’énormes sacrifices. Seront-ils prêt à les consentir ?

142 pages en trop (pour ne pas dire 200). Trop de verbiage. Les auteurs, puisqu’ils sont deux derrière le pseudonyme de James S.A. Corey, prennent bien le temps de décrire en détail les personnages et les situations. Minutieux, certes. Mais inutile la plupart du temps. L’intrigue s’enlise. L’action ralentit au point de vous faire lâcher le bouquin. Et l’imagination du lecteur s’endort. Je regrette Leigh Brackett qui, sur une phrase, vous pose un personnage ou une situation.
Cela mis à part quelle joie de retrouver un space opera avec un système solaire colonisé à la structure aussi cohérente et plausible. Grâce à la propulsion Epstein, l’homme a essaimé sur Mars et des lunes de Jupiter, Saturne et Uranus ainsi que dans la ceinture d’astéroïdes (entre Mars et Jupiter). L’évolution de la colonisation paraît logique. La Terre, puissance économique et militaire bien établie reste très influente jusque dans la Ceinture. Mars, après s’être affranchie de la Terre, continue à innover et se retrouve à la pointe de la technologie notamment spatiale. Dans la Ceinture d’astéroïdes, nouvel eldorado totalement dépendant des transports de matières vitales (de l’eau en provenance de Saturne, des cultures hydroponiques de Ganymède), vivre est une prise de risque quotidienne. Cet environnement hostile façonne une société rude et réactive.
Le roman mêle space opera classique et roman noir, agrémenté d’une pointe d’horreur. Il est structuré autour de deux arcs narratifs : le premier sur les aventures d’Holden et de ses compagnons et le second sur l’enquête de Miller. James S.A. Corey n’hésite pas à malmener et trucider ses personnages, surprenant parfois le lecteur dans ses choix. L’intrigue policière, bien maîtrisée, se dévoile par petites touches. Le lecteur devine, mais n’est jamais sûr de rien. Elle est doublée d’intrigues secondaires politico-économiques qui compliquent la donne et promettent des développements intéressants dans les tomes suivants.

Dans L’Éveil du Léviathan, James S.A. Corey parvient à créer un univers cohérent et plausible qui accueille une intrigue solide et qui tient en haleine à condition d’avoir du souffle. J’attends la suite, qui, je l’espère sera plus dynamique et plus rythmée.

James SA Corey est le pseudonyme de Daniel Abraham, auteur de fantasy, et Ty Frank, l’assistant de George R.R. Martin. Sur les neufs tomes que prévoient les auteurs, quatre tomes sont parus en V.O. Syfy US travaille sur un projet d’adaptation en série TV.

Avis de Monsieur Lhisbei

logo-summer-star-wars-II

 

Posté par Lhisbei à 11:19 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 septembre 2014

Prix Utopiales 2014 - Les nominés

Cette année encore, le Festival International de Science-Fiction de Nantes - Les Utopiales organise Le Prix Utopiales Européen dans le but de récompenser des auteurs européens du genre dit « littérature de l’imaginaire ». Ce prix récompense un roman ou un recueil paru en langue française durant la saison littéraire précédant le festival et dont l’auteur est ressortissant d’un pays de la communauté européenne. Ce prix est doté de 2000 euros. La remise du prix aura lieu pendant le festival.

Les ouvrages en compétition cette année sont :

  • 7 secondes pour devenir un aigle de Thomas Day (éditions du Bélial')
  • Juste à temps de Philippe Curval (La Volte)
  • L’Opéra de Shaya de Sylvie Lainé (Éditions ActuSF) 
  • La longue terre de Terry Pratchett et Stephen Baxter (Éditions L’Atalante)
  • Sumerki de Dmitry Glukhovsky (Éditions L’Atalante)

Le jury officiel est composé de Jean-Pierre Dionnet (écrivain, scénariste et chroniqueur), Florence Porcel (animatrice, auteure, comédienne) et Guillaume Choplin (lecteur nantais).

Posté par Lhisbei à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 septembre 2014

OUPS !

oups

Bien, bien, bien. Il est évident que ce blog a raté sa rentrée.

Pas de nouveau design.

Pas de billets depuis le 02/09 (et, encore, celui du 02/09 est incomplet)

Pas de nouvelle opération ou challenge ou concours pour redynamiser le machin.

Les commentaires restent sans réponse.

Mais où sont les tenanciers de ce blog ? 

Ils éclusent des bières à la taverne du coin ? Ils reviendront quand ils auront cuvé ?

Non, même pas. Lhisbei écluse sa PAL d'uchronies et tente de caser une lecture commune de Drift (pardon Lune et Cornwall de ne pas être à l'heure au rendez-vous) tandis que M Lhisbei procrastine sur les chroniques promises...

On va revenir. Quand ? Pfffiou, on verra.

En attendant, filez chez Cornwall : elle organise un challenge "zombies" (j'aime pas les zombies mais le blog est en mode mort-vivant de toute façon !). Le défi ? Survivre 28 semaines (ou plus) ! 

zombies challenge

 

 

Posté par Lhisbei à 17:45 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
Tags :

02 septembre 2014

Parutions septembre 2014

livresVoici les parutions de septembre 2014 en littérature de l'imaginaire (liste non exhaustive).

Actusf
L'Héritière de Jeanne-A Debats
La Fleur de Verre de George R.R.Martin
En numérique : Celle qui voulait avoir 30 ans de Thomas Géha

Au Diable Vauvert
Zombie Ball de Paolo Bacigalupi
L'Alchimiste de Khaim de Paolo Bacigalupi
Le jour où la guerre s'arrêta de Pierre Bordage

Bragelonne
Stormdancer ,La Guerre du Lotus T1 de Jay Kristoff
Légende – Édition Collector du 30ème Anniversaire de David Gemmell
Les Brumes de Katura, Les Elfes T3 de James Barclay
Le Tombeau du Roi suprême, Cavalier Vert T3 de Kristen Britain
Whitechapel de Sarah Pinborough
Seul sur Mars d’Andy Weir
Bragelonne Snark :
Légion de David Forrest
Féélure de Silène Edgar
Le Sang du Dragon, Ikatar T2 de Véronique Roméo
Le Visiteur du Futur – La Meute, épisode 4 : La Porte de Slimane-Baptiste Berhoun & François Descraques

Critic
Le Loupiot suivi de Hors normes de P.-J. Hérault

Denoël Lunes d'encre
Les Derniers Jours du paradis de Robert Charles Wilson

Direct 8
Déchirés de Peter Stenson

Éditions du Riez
Le Flibustier du froid de Ludovic Rosmorduc

Folio SF
Comment j’ai cuisiné mon père, ma mère… et retrouvé l’amour de S. G. Browne
La soif primordiale de Pablo De Santis
Treis, altitude zéro de Norbert Merjagnan
Julian de Robert Charles Wilson

Griffe d'encre
Sale temps pour les poubelles de Guillaume Suzanne

Hachette cuisine
Gastronogeek de Thibaud Villanova et Maxime Léonard

Hélios
Abyme de Mathieu Gaborit
Plus grands sont les héros de Thomas Burnett Swann

J'ai Lu
Racines, Le Soldat chamane de Robin Hobb
Glissement de temps sur Mars de Philip K. Dick
Murmures souterrains, Le dernier apprenti sorcier T3 de Ben Aaronovitch
Nymphose, Les enfants d'Erebus T.2 de Jean-Luc Marcastel
Skin trade de George R.R. Martin

J'ai Lu Nouveaux Millénaires
Wild Cards de George R.R. Martin

L'Atalante
Une aspirante nommée Harrington, Recueil 3, de David Weber
Bleu Argent d'Olivier Paquet
Anomalie P de Stéphan Pajot

L'homme sans nom
Départs (collectif)

Le Bélial
Les Perséïdes de Robert Charles Wilson
Zombies, un horizon de cendres de Jean-Pierre Andrevon

Le Livre de Poche
Pandemonium, Delirium T2 de Lauren Oliver
L’appel Du Sang de Stephenie Meyer
Warbreaker de Brandon Sanderson
Sans Âge, Le Protectorat de l'ombrelle T5 de Gail Carriger
Si on recommençait d'Eric-Emmanuel Schmitt

Les Moutons Electriques
Jack l'Éventreur, Les morts de Julien Bétan & A.F. Ruaud
Cosmonautes ! Essai d’Alex Nicolavitch
Dico des créatures oubliées d'André-François Ruaud
Miyazaki de Raphaël Colson & Gaël Régner

Milady
Ce qui nous lie de Samantha Bailly
Furie de flamme, Dragonfury T1 de Coreene Callahan
Mords un autre jour, Les Vampires de Chicago T9 de Chloe Neill
Riley Jenson, volume double : Tenter le diable / Jeu Dangereux de Keri Arthur
L’Étoile du Matin de David Gemmell
Les Fragments d’une Couronne brisée, La Guerre des Serpents T4 de Raymond E. Feist
Mondes en cendres, La Saga des Sept Soleils T7 de Kevin J. Anderson
Kings of the Realm : Les Moissons de la guerre de Oisín McGann
La Crique de Caliban, Resident Evil T2 de S.D. Perry
Scott Pilgrim, tome 1 : Precious little life – Édition Couleur, Bryan Lee O’Malley

Mirobole
Le jour où les zombies ont dévoré le Père-Noël de S. G. Browne

Mnémos
Faeries Stories de Johan Heliot

Panini Crimson
Le Pacte du démon, Les Ténèbres de Londres T2 de Caitlin Kittredge

Panini Blizzard
World of Warcraft : Hurlorage de Richard A. Knaack
World of Warcraft : Thrall, le crépuscule des aspects de Christie Golden

Panini Eclipse
ZOM-B 1 de Darren Shan

Pocket
Enki Bilal conversations avec Christophe Ono-Dit-Biot
Hypérion de Dan Simmons
La Romance de Ténébreuse IV de Marion Zimmer Bradley
Chiens de guerre, L'Agent des ombres T7 de Michel Robert
Hypérion de Dan Simmons
Perry Rhodan, Les sept flibustiers de Clark Darlton et  K.-H. Scheer

Pygmalion
Les Cités des Anciens Intégrale T1 de Robin Hobb

Rivière blanche
Rancoeur de Simon Sanahujas
Dimension Écologies étrangères, anthologie dirigée par Fabien Lyraud
Les compagnons de l'ombre 15 de Jean Marc Lofficier
Noirs Diamants - Le Loup Solitaire 4 de Louis Joseph Vance traduit par Théo Varlet & Louis Postif

Robert Laffont
High-Opp de Frank Herbert

Terre de Brume
Chroniques de l'Après-Monde de Geoffrey Claustriaux

Posté par Lhisbei à 18:44 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,



Fin »