RSF Blog - le blog du Répertoire de la Science Fiction

24 avril 2014

D-Day sur les blogs

Au hasard d'une glandouille sur FB (oui, je sais, faudrait peut-être chroniquer ici plutôt que glandouiller là-bas), je suis tombée sur un rendez-vous éphémère de Sophie (le hasard n'existe pas, ici il se prénomme Cryssilda). Sophie nous propose de commémorer le débarquement de Normandie en publiant le 6 juin prochain un article autour de la Seconde Guerre mondiale. La forme du billet est laissée à la main du blogueur : texte, roman, poème, essai, photo… Elle a même concocté un joli logo.

d-day-nb

De mon côté, j'ai, dans ma PAL, un certains nombre d'uchronies autour de la seconde guerre mondiale. Dont une en particulier qui vient d'arriver et qu'il me faudra lire sans trop tarder : Dominion de C.J. Samson, brique grand format de 700 pages. Cette lecture s'inscrit dans le cadre du Prix ActuSF de l'Uchronie. Une chronique de ce roman constituera une manière, un peu tordue certes, de participer à cette commémoration.

dominion

Et si les nazis avait conquis l'Angleterre ? Et si la Seconde Guerre mondiale avait pris fin en 1940 ? Soudain, l'Histoire prend un tout autre tournant... Dans la lignée d'Un hiver à Madrid, une oeuvre magistrale, un incroyable travail de reconstitution de l'Angleterre des années 1940/1950, une uchronie de haute volée, brillant pendant britannique du Complot contre l'Amérique de Philip Roth.
Et si Winston Churchill avait été écarté du pouvoir en 1940 ? Et si les nazis avaient alors conquis l'Angleterre ? Entre roman d'espionnage, polar historique et politique-fiction, une oeuvre magistrale où l'auteur imagine le sort d'une Europe qui aurait pactisé avec le diable. Acclamé outre-Manche, un roman captivant, aux troublantes résonances contemporaines.
Hiver 1952. Douze ans que l'Angleterre s'est rangée du côté de Hitler après la prise de Dunkerque. Douze ans que le pays a perdu son indépendance pour devenir un dominion, un satellite de l'axe nazi. Douze ans que les services de la Résistance attendent un signe de Winston Churchill pour embraser le pays.
Parmi eux, David Fitzgerald, fonctionnaire d'origine juive, se voit confier une mission des plus périlleuses : protéger un scientifique porteur d'un secret classé défense. Un secret capable de renverser l'équilibre du monde et que la Gestapo est bien décidée à récupérer avant lui.
Aidé de la mystérieuse Natalia, artiste réfugiée d'Europe de l'Est, et de Ben, fougueux Écossais communiste, David va devoir prendre tous les risques pour tenter d'échapper aux sbires de l'officier Gunther Hoth. Mais est-il encore temps de changer le cours de l'Histoire ?

Je ne pars pas seule dans cette aventure. J'entraîne avec moi Gromovar pour une lecture commune de Dominion. Ce blog accueillera un article de Bertrand Campeis sur L'Uchronie et la Deuxième Guerre mondiale.

ll vous est bien sûr possible de vous joindre à nous pour la lecture commune et à l'opération D-Day sur les blogs en vous inscrivant chez Sophie.

Posté par Lhisbei à 07:56 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,


17 avril 2014

Prix Imaginales des Lycéens et Collégiens 2014 - Les lauréats

Les Prix Imaginales des Lycéens et Imaginales des Collégiens ont été attribués ce mardi 15 avril à Épinal. 21 lycées de Lorraine et 26 collèges ont participé à ces prix.

Le Prix Imaginales des Lycéens est allé à Loïc HENRY pour Loar (Gallimard, Folio SF, 2013)

loar-foliosf

Étaient aussi nominés :

  • Lionel BEHRA : Les Arcanes du temps (Rebelle, 2013)
  • Fabrice COLIN : 49 Jours (Michel Lafon, 2012) 
  • Jean-Luc MARCASTEL : Un monde pour Clara (Hachette, 2013)
  • Christophe NICOLAS : Projet Harmonie (Editions du Riez, 2012)
  • Justine NIOGRET : Cœurs de rouille (Le Pré aux Clercs, 2013)

Le Prix Imaginales des Collégiens est allé à Yves GREVET pour Nox 1, Ici-bas (Syros)

nox

Étaient aussi nominés :
  • Frédéric DELMEULLE : Le projet Abraxa (Flammarion)
  • Victor DIXEN : Animale (Gallimard jeunesse)
  • Anne FAKHOURI : Hantés (Rageot)
  • Claire GRATIAS : Orphans 1, Double disparition (Rageot)
  • Danielle MARTINIGOL : Cantoria (L'Atalante)

La cérémonie de remise des prix aura lieu aux Imaginales le jeudi 22 mai à 14h (Prix Imaginales des Collégiens) et 15h30 (Prix Imaginales des Lycéens).

Posté par Lhisbei à 18:11 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

14 avril 2014

GPI - Les nominés

Le jury du GPI (Grand Prix de l'Imaginaire) a annoncé ses nominés pour l'édition 2014. Les lauréats seront connus début juin. La cérémonie de remise des prix aura lieu pendant les Etonnants Voyageurs à Saint-Malo du 7 au 9 juin 2014.

1) Roman francophone

  • Chroniques des ombres de Pierre Bordage (Au Diable Vauvert)
  • Porcelaine - Légende du tigre et de la tisseuse d'Estelle Faye (Les Moutons électriques)
  • Même pas mort de Jean-Philippe Jaworski (Les Moutons électriques)
  • Anamnèse de Lady Star de L.L. Kloetzer (Denoël, Lunes d'Encre)
  • American gothic de Xavier Mauméjean (Alma)

2) Roman étranger

  • 22/11/63 de Stephen King (Albin Michel)
  • L'Homme qui savait la langue des serpents d'Andrus Kivirähk (Attila)
  • Des larmes sous la pluie de Rosa Montero (Métailié)
  • Qui a peur de la mort ? de Nnedi Okorafor (Panini, Éclipse)
  • Les Insulaires de Christopher Priest (Denoël, Lunes d'Encre)
  • Alif l'invisible de G. Willow Wilson (Buchet-Chastel)

3) Nouvelle francophone

  • 7 secondes pour devenir un aigle (recueil) de Thomas Day (Bélial')
  • « L'Enfant qui s'avance vers nous » de Gulzar Joby (in Galaxies n°25)
  • Derrière les grilles du Luxembourg (recueil) de Pablo Mehler (Moires)
  • « Cosplay » de Michel Pagel (in Bifrost n°71)

4) Nouvelle étrangère

  • Complications (recueil) de Nina Allan (Tristram)
  • « Le Littéromancien, La Ménagerie de papier & Le Démon de Maxwell » de Ken Liu (in Fiction n°16)
  • « Live at Budokan » d'Alastair Reynolds (in Bifrost n°69)
  • Je suis la Reine (recueil) d'Anna Starobinets (Mirobole)

5) Roman jeunesse francophone

  • Animale. La Malédiction de Boucle d'or de Victor Dixen (Gallimard Jeunesse)
  • Hantés d'Anne Fakhouri (Rageot)
  • Cœurs de Rouille de Justine Niogret (Le Pré aux clercs)
  • La Fille-sortilège de Marie Pavlenko (Le Pré aux clercs)

6) Roman jeunesse étranger

  • Les Cités englouties de Paolo Bacigalupi (Au Diable vauvert)
  • Les Orphelins du royaume de Leigh Bardugo (Castelmore)
  • Une Planète dans la tête de Sally Gardner (Gallimard Jeunesse)
  • Cinder de Marissa Meyer (Pocket Jeunesse)

7) Prix Jacques Chambon de la traduction

  • Michelle Charrier pour Le Dernier loup-garou de Glen Duncan (Denoël, Lunes d'Encre)
  • Laure Manceau & Yoann Gentric pour Silo de Hugh Howey (Actes sud, Exofictions)
  • Jean-François Merle pour Le Mystère du hareng saur de Jasper Fforde (Fleuve Noir)
  • Jean-Pierre Minaudier pour L'Homme qui savait la langue des serpents d'Andrus Kivirähk (Attila)
  • Bernard Sigaud pour Complications (recueil) de Nina Allan (Tristram)

8) Prix Wojtek Siudmak du graphisme

  • Nicolas Fructus pour Le Dernier château et autres crimes de Jack Vance (Bélial')
  • Didier Graffet pour Steampunk - De vapeur et d'acier avec Xavier Mauméjean (Le Pré aux clercs)
  • Joey Hi-Fi pour Qui a peur de la mort ? de Nnedi Okorafor (Panini, Éclipse)
  • Aurélien Police pour Bifrost n°72 (Bélial')

9) BD / Comics

  • Aâma (tomes 1 à 3) de Frederik Peeters (Gallimard)
  • Le Jeune Lovecraft de José Oliver et Bartolo Torres (Diábolo)
  • Punk Rock Jesus de Sean Murphy (Urban)
  • Souvenirs de l'empire de l'atome d'Alexandre Clerisse et Thierry Smolderen (Dargaud)
  • Urban (tome 1 & 2) de Luc Brunschwig et Roberto Ricci (Futuropolis)

10) Manga

  • The Arms Peddler (tomes 1 à 6) de Kyoichi Nanatsuki et Night Owl (Ki-oon)
  • Assassination Classroom (tomes 1 & 2) de Yusei Matsui (Kana)
  • Les Enfants de la mer (tomes 1 à 5) de Daisuke Igarashi (Sarbacane)
  • Mokke (tomes 1 à 3) de Takatoshi Kumakura (Pika)
  • Scumbag Loser (tomes 1 & 2) de Mikoto Yamaguchi (Ki-oon)
  • Terra Formars (tomes 1 à 4) de Yu Sasuga et Kenichi Tachibana (Kazé)

11) Essai

  • La revue en ligne Res Futurae
  • 100 ans et plus de cinéma fantastique et de science-fiction de Jean-Pierre Andrevon (Rouge Profond)
  • Planètes pilleuses et autres thématiques de la science-fiction de Jean-Pierre Laigle (L'Œil du Sphinx)
  • Le Savant fou sous la direction de Hélène Machinal (Presses Universitaires de Rennes)
  • Souvenirs du futur. Les Miroirs de la Maison d'Ailleurs sous la direction de Marc Atallah, Frédéric Jaccaud et Francis Valéry (Presses Polytechniques et Universitaires Romandes)

12) Prix spécial

  • Four Color Fear, comics d'horreur des années 50 (Diábolo)
  • L'Intégrale Stefan Wul chez Bragelonne et les Univers de Stefan Wul chez Ankama, adaptations des romans en BD par D. Cassegrain, M. Hawthorne, D. Lapiere, J.-D. Morvan, M. Reynes, O. Vatine, Yann...
  • Odyssées, l'Intégrale des nouvelles de Arthur C. Clarke (Bragelonne)
  • Steampunk - De vapeur et d'acier de Didier Graffet et Xavier Mauméjean (Le Pré aux clercs)
  • Un an dans les airs, de Raphaël Albert, Jeanne-A Debats, Raphaël Granier de Cassagnac, Johan Heliot & Nicolas Fructus (Mnémos)

 

Posté par Lhisbei à 18:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 avril 2014

Star Wars Identities

Le week-end dernier, nous étions donc sur Paris pour le festival Zone Franche (des photos ici et ). Mais ce que j'attendais avec le plus d'impatience c'est bien l'exposition Star Wars Identities, proposé à la Cité du cinéma en Seine St Denis. J'étais tellement impatiente que j'avais craqué pour les billets collectors... A 22€ (oui cette exposition n'est déjà pas donnée), il a fallu ajouter quelques euros supplémentaires pour la carte et le tour de cou.

2014-04-06 10

Photo pourrie de fangirl prise au smartphone sur un lit d'hôtel

Nous avions donc pris des places bien en amont (il le faut parce que c'est complet très vite le week-end) pour le dimanche à 14h. Nous sommes arrivés un peu en avance pour être sûrs de ne pas arriver en retard (vous suivez toujours). Au premier abord, le site n'est pas complètement fini, les passerelles ont un air de provisoire qui dure, la consigne pour déposer les sacs, gratuite (ça c'est le point positif), se trouve dans un Algeco (pardon pour la marque) et il n'y a que deux toilettes (avec les inconvénients afférents : longue file, panne de savon, panne de serviette en papier, heureusement pas de panne de PQ). Il est clair que le site n'est pas fait pour accueillir des visiteurs. 

A l'intérieur, nous sommes accueillis par Amidala

(Clic)
Amidala

Dans le hall, un espace pour faire la file et entrer, un bar proposant une petite restauration et des tables et chaises. Il fait très sombre mais cela n'empêche pas de voir que les tables ne sont pas nettoyées, le sol non plus. Nous étions un dimanche, il y avait beaucoup de visiteurs (et beaucoup se fichaient de ce qu'ils laissaient ou de ce que leurs enfants, surexcités laissaient derrière eux) certes mais bon quand c'est crade, c'est crade. 

Les entrées se font par vague : le nombre de bracelets et d'audioguides distribués permet de réguler le flux. Cela permet aussi de visiter l'exposition dans de bonnes conditions malgré la foule. Mais comme les visiteurs peuvent passer le temps qu'ils veulent dans l'exposition, le système montre vite ses limites quand la fréquentation est au plus haut. Nous sommes donc entrés avec une demi heure de retard. Je n'ose imaginer le retard accumulé pour les visiteurs de 17h... 

Nous enfilons le bracelet qui nous permettra d'enregistrer les réponses aux 10 questions posées tout au long de l'exposition et pénétrons dans l'exposition. Star War Identities n'est pas une simple exposition sur Star Wars. C'est plus une exposition sur ce qui permet de se construire une identité et sur la manière dont nous nous construisons : nos origines, nos influences et nos choix nous font évoluer au fil du temps. Star Wars offre des illustrations pertinentes et un univers suffisamment étoffés pour adopter un tel angle de vue. Aux éléments de décors, costumes, maquettes qui en mettent plein les mirettes, s'ajoute donc un parcours très interactif où le visiteur est amené à faire ses choix et à construire sa personnalité. Des films reprenant des points de théorie (j'ai jubilé quand j'ai vu apparaître le code Holland) permettent d'illustrer et de comprendre les processus du choix, de décrypter l'influence de la société, de nos amis, de nos mentors. Tous les champs sont explorés de manière ludique et accessible aux enfants (avec l'aide des parents quand même). Les dix stations abordent les origines, les aptitudes, l’éducation, les épreuves, les rencontres, les valeurs jusqu'à la question finale de Palpatine. Bien sûr, le jeu est un peu faussé dès le départ. Dans la vie on ne choisit pas ses origines, ses gènes, ses parents et l'éducation qu'ils vous donnent, la société dans laquelle on vit. On ne maîtrise donc pas tous les paramètres même si on choisit, à un moment ou un autre, de s'affranchir ou de se conformer à l'éducation reçue, au modèle dominant de sa société et la direction que prendra notre vie etc. Dans cette exposition tout est affaire de choix et c'est aussi ce qu'il faut retenir : nos choix font de nous ce que nous sommes et ce que nous deviendrons. 

Les voix des films sont québécoises et j'ai retrouvé en filigrane l'ADVP (Activation du Développement Vocationnel et Personnel), méthode québécoise avec laquelle j'ai travaillé sur l'orientation professionnelle dans le cadre de mon boulot. Autant dire que cette exposition a touché l'une des mes cordes sensibles. C'est assez drôle parce que mon employeur a eu la bonne idée de m'envoyer en recyclage sur l'orientation le lendemain et le surlendemain de ma visite de l'expo (me privant au passage d'une RTT salvatrice). Je ne vous dis pas la tête de la formatrice quand j'ai casé un petit laïus sur l'expo (fallait pas me priver de ma RTT). Et la tête de mes collègues ... 

En plus de ce parcours initiatique, l'exposition proposait des maquettes, des storyboards, des croquis préliminaires agrémentés de nombreuses anecdotes sur la création ou l'évolution des personnages de la saga. Le Jabba que nous connaissons est assez éloigné du premier Jabba imaginé par exemple. Son oeil rappelle cependant quelque chose :

(Clic)
L'oeil
L'oeil de Jabba le Hutt

Sans compter qu'ils avaient de l'humour chez Lucasfilm :

(Clic)
Star Wars Identities 0047
 

Parmi les objets originaux, M. Lhisbei a craqué devant ceci (on en tirera toutes les conséquences...) :

(Clic)
Dark Vador 01

On retrouve bien entendu tous les personnages clés de la saga :

(Clic)
Anakin 01

Anakin 02
Anakin 

Dark vador 02
L'impressionnant Dark Vador

 

Yoda
Maître Yoda

Solide sur le fond, splendide sur la forme, Star Wars Identities ne m'a pas déçu un instant. Et je n'ai pas regretté l'investissement de départ. D'autres photos pour vous donner envie :


Star Wars Identities

Photos de C.Schlonsok tous droits réservés

A la fin de l'exposition, le bracelet vous annonce votre identité construite dans l'univers de Star Wars et vous avez la possibilité de recevoir votre profil par mail.

Je suis donc Lhisbei, une Twi’lek Femelle.
J’ai grandi sur la luxuriante planète Naboo, où les membres de ma communauté gagnaient leur vie comme paysagistes des nombreux sites patrimoniaux de la planète
. Durant les congés, mon meilleur ami et moi avions l’habitude de flâner dans les galeries d’art de la ville de Theed.
Mes parents exigeaient de moi beaucoup de discipline tout en m’offrant leur soutien, au besoin, et ils m’ont transmis
de remarquables habiletés sensorielles. Plus tard dans la vie, j’ai rencontré le légendaire R2-D2, dont les enseignements m’ont enrichie de connaissances qui me sont utiles au quotidien dans mes fonctions de sénatrice.
Je me rappelle la fois où j’ai atterri en catastrophe sur une étrange planète. Cet événement a eu une grande influence sur moi, car par la suite j’ai essayé de joindre les deux bouts en divertissant les troupes de guerriers tusken de passage en leur racontant des histoires de ma planète d’origine.
On dit souvent de moi que je suis une personne généralement aventureuse et curieuse, j’ai aussi tendance à être organisée et prévoyante.
Mais la chose la plus importante pour moi est la maîtrise de ma destinée : après tout, la liberté, c’est le droit de choisir.
Je suis modérément sensible à la Force; c’est sans doute pourquoi l’Empereur s’intéresse à moi.
Lorsqu’il m’a offert un pouvoir illimité en échange de mon allégeance, j’ai résisté à la tentation de me joindre à lui et à ses sbires et j’ai rejeté son offre.

StarWarsIdentities_lhisbei_53415b5c97acc
J'ai quand même un air inquiétant...

 

Posté par Lhisbei à 17:06 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :

10 avril 2014

Appel à textes : Fantasy - Association Apocryphos

plumeL’association Apocryphos a l’honneur de lancer son premier appel à texte, en vue de la publication d’un recueil de nouvelles au printemps 2015 !

Le thème sera large pour cette première fois afin de permettre la meilleure accessibilité et la plus grande diffusion possible ; le but étant de faire connaître avant tout les auteurs publiés (et l’association, quand même). Une quinzaine de nouvelles seront sélectionnées, et un mail envoyé aux nominés. Un exemplaire du recueil leur sera aussi offert (pensez donc à préciser votre adresse postale).

De ce fait, le recueil de nouvelles sera porté sur la Fantasy, sans autre restriction que le genre même (à cela près que l’évitement des stéréotypes tolkienien serait souhaitable. On vaut mieux que les politiques commerciales des grandes maisons d’édition, non ? ). L’appel s’ouvre dès à présent et sera clôturé le 1er Octobre à Minuit ! Pour nous l’envoyer, c’est à cette adresse mail : apocryphos.68@gmail.com.

De même, joignez à votre texte une courte biographie d’environ 55 mots, qui préfigurerait à votre nouvelle si celle-ci est sélectionnée. Vous pouvez aussi choisir un pseudonyme et une bio fictive si vous tenez à votre anonymat (mais en ce cas, précisez-le). Quant à la longueur du texte, il n’y a pas de limite prévue, tout au plus une moyenne de 35.000 caractère pour ceux qui désirent avoir une idée (mais si vous en faite le double, ce sera très bien aussi)

À vos plumes !

Source : Apocryphos

Posté par Lhisbei à 17:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :



Fin »